Le metro

le metro

Tous les matins , le même rituel, je m’engouffre dans la bouche de métro, je joue des coudes pour me frayer un chemin à travers le foule grouillante, pressée de vaquer à ses activités et je rentre dans la première rame qui s’ouvre à moi.

Je reste debout, le regard dans le vide tandis que dans un grincement le metro remue ses mécaniques et quitte rapidement le quai.

Mon regard ne decolle de la vitre que le temps d’un arret, j’observe furtivement les nouveaux métronautes, population hétéroclites et peu encline à communiquer.

Parfois mon regard croise celui de l’un de ces étrangers urbains en manque d’urbanité et là, génés, les yeux se fuient, tandis que plus rarement, une femme, un regard, parfois un sourire et c’est moi qui fuie, géner par cette esquisse de charme incongrue en ce lieu insolite.

Cette animation necessite le Flash PLayer 9

Et cette scène se répéte tous les jours ,inlassablement. Mais loin d’être ennuyeuse, je trouve dans ce voyage du quotidien , un certain reconfort.

C’est peut-être tout simplement ça, être un solitaire sociable.

Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

J’avoue, j’adore ta prose. J’aime ton style: simple, pur.
Je t’imagine tout a fait dans le metro le matin, solitaire…

je pense que tu devrais te lancer dans l’ecriture. vraiment.

Jolie prose en effet, mais d’un coté faut pas te plaindre d’être beau gosse ;-)

A plus grand!

Vero> Ta critique me touche beaucoup mais je n’aurai pas la prétention de me lancer dans l’écriture, je laisse ça aux personnes plus inspirées et compétentes. Aujourd’hui mes récits couvrent simplement un besoin de m’exprimer, des sentiments, des mots (maux ?) que je n’arrive pas à communiquer verbalement.

Than> Merci Than, bon arrete sinon je vais finir par croire qu’il y a des ambigüité entre nous ;). Plus sérieusement, ca ne m’empêche pas de courir après une chimère depuis plus de 2 ans… Mais si les Autres semblent pour certains l’avoir concrétisé, pourquoi pas moi ?

je rejoins les autres critiques sur le fait que c’est de la belle prose.

Tu as un potentiel.

Ta première critique : pour accrocher le lecteur, il faut aller plus loin et ne pas rester dans la contemplation (tu n’es pas encore Flaubert). Une idée par phrase, une scène par paragraphe, une histoire par chapitre, ca tiens aide le lecteur à ne pas s’ennuyer.

Enfin, dans le cadre d’un blog, ce que tu as écris est déjà très bon.

je suis bien d’accord avec Véro… Mais en même temps, c’est bon parce que tu ne cherches ni à accrocher le lecteur (c’est un très bon moyen pour les perdre, ni à le fidéliser ni à la raccoler. bref tu écris comme tu en as envies, le blog est aussi fait pour ça, et c’est très bien commme ça. Un blog, c’est un truc perso, et quand tu songeras a publier, tu recevras bien assez de critiques…

Je connais. Je connais les couloirs de métro bondés de gens pourtant seuls et… Et les images qui défilent par les fenêtre du train. J’ai toujours trouvé ça mélancolique.

Que d’histoires qui pourraient naître si on avait de l’audace et du courage. Je suis le premier à fuir les regards et pourtant il m’arrive de chercher des yeux plus enclins à la découverte de l’autre et par là de soi-même. Le contexte compte pour beaucoup non ? Lyon par exemple n’est pas Paris ou New-York ou encore je ne sais quelle autre ville au feeling plus aventureux. Mais bon, je ne changerais pas de ville alors je décide malgré le contexte plus frileux de chercher ceux qui veulent que ça bouge pour eux.
Mooving on ?

Oui, le manque d’audace et de spontanéité, et cette frilosité maladive nous assomment de regrets.

Il faut se prendre en main et foncer !

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)